Minimilize me·Pensées

Une ex-compulsive résiste aux envies d’achats: mes 5 trucs

Après mon dernier article, j’ai reçu beaucoup d’avis positifs et de commentaires. Je continue donc, comme prévu, sur ma lancée et partage avec vous ces petites grandes choses que j’ai testé et qui m’ont aidé. Si je ne peux être utile qu’à une seule c’est déjà énorme.

Éviter les lieux à risques.

On ne propose pas un verre de vin à un alcoolique, de sous à un corrompu ou du nutella à-70 %… je m’égare !

Donc une serial shoppeuse essaiera de réorganiser ses sorties. Je vous l’ai dit (ici, clic) qu’avant pour moi, une sortie sans achat n’était pas une sortie. Eh bien, il va falloir travailler un peu (beaucoup) sur soi pour apprendre enfin à se connaître, savoir déterminer ce qui nous procure vraiment du plaisir. Parce que je vous le dis, aller dépenser de l’argent n’est pas un passe-temps, un hobby, une activité ou un loisir. Pour certain-e-s, cela peut sembler évident mais pour d’autres, çà ne l’est pas tant que çà. Pour ma part, j’ai repris sur un petit carnet tout ce que j’avais envie de faire et que je n’avais pas pris le temps de réaliser, ce que je souhaitais tenter et que je n’osais pas par peur de ne pas être à la hauteur.Et je me suis lancée.

A l’époque, je me suis inscrite à des cours de danse orientale ; quel plaisir de laisser sa féminité s’exprimer et d’apprendre à apprécier ce corps faisant de jolis mouvements (et de rencontrer une des femmes les plus merveilleuses qui soit… ou quand ta prof devient ton amie!). Je me suis achetée une machine à coudre, des tissus et le nécessaire petit à petit. J’en ai fait des horreurs erreurs dont j’étais hyper fière. Je m’autorise à me tromper. Maintenant je n’attends qu’une chose très souvent : le week-end pour ne pas sortir et me poser devant ma mac. (#teamtrèssociablequoi!)

Ecoutez-vous ! Lancez-vous ! Dépenser n’achète pas l’estime de soi.

Sortir sans cb

L’accro à la dépense et au shopping, la serial-shoppeuse, enfin l’acheteuse compulsive (faut appeler une chatte, une chatte!) a une angoisse soudaine à la lecture de cette solution : la tête se fait lourde, les joues ont rosi, les oreilles commencent à bourdonner et 1,5 litres ont coulé sous les aisselles. Réaction normale!

Pas de miracle : il faut se faire violence. Je me souviens, qu’au début quand je le faisais, mon esprit était fixé sur le fait que je n’avais pas ma cb sur moi. Cela se répétait comme un mantra dans la tête (oui je suis très équilibrée si tu te poses la question!). Au fur et à mesure que la journée passe, vous n’y pensez pas. Lorsque vous passerez devant une boutique quelle qu’elle soit (je pouvais craquer sur des plantes, du chocolat, des draps…n’imp!!), vous penserez que çà ne sert à rien de rentrer puisque vous ne pourrez pas acheter. Renouvelez l’opération et vous prendrez plaisir à flâner, regarder, toucher, sans être envahie par ce besoin de dépenser ou de posséder.

Pour que cela soit plus facile, la première fois, laisser votre cb chez vous, un jour de semaine, durant lequel vous travaillez (plus facile qu’un samedi en centre ville). Et deuxième petite astuce : gardez sur vous 20 €. Si l’envie est forte, surtout au début, utiliser cet argent pour vous poser dans ce joli salon de thé devant lequel vous passez depuis longtemps et qui vous fait envie (c’est ce que je faisais et fais encore, parfois)

Faire des enveloppes par rubrique dont une enveloppe plaisir

A ce stade, vous avez appris à vous connaître un peu et accepté de regarder la vérité en face. Vous faites vos comptes !!! Parce qu’une acheteuse compulsive ne regarde pas ses comptes ; je ne vous parle même pas de les faire. Je me souviens qu’à une époque je ne regardais mon compte qu’une fois par mois : le jour de la paie pour savoir ce qu’il me restait une fois le (big) découvert comblé.

On s’applique, créé un beau tableur sous LibreOffice (#vivelesfreelogiciels ) et on scrute ses dépenses par rubrique : alimentation, assurance, loyer, carburant et transport, électricité, frais bancaire, remboursement d’emprunts / de découvert, épargne…

On fait un budget raisonnable qu’on tiendra ; il faut toujours se fixer des objectifs atteignables sinon on s’essouffle. Fixer vous un budget par catégorie de dépenses et surtout autorisez-vous une enveloppe plaisir. Une enveloppe raisonnable, mais satisfaisante. Vous saurez que toute dépense non nécessaire sera prélevée ici. A vous d’estimer quel est le montant de cette pochette surprise ; cela sera fonction de vos revenus disponibles, de vos envies….

Prendre conscience de ce que l’on possède

Souvent l’acheteuse n’a pas conscience du nombre de biens qu’elle possède. Certaines cachent leurs achats, d’autres pas du tout… mais la plupart finissent par les oublier pour passer à autre chose. L’achat compulsif n’est jamais un achat plaisir ; l’acquisition finit par nous encombrer la maison et l’esprit.

Je ne vous conseillerai qu’une seule chose ; c’est d’ailleurs une technique que Marie Kondo préconise (hey Marie, je l’ai fait avant de te découvrir!) : tout sortir par catégorie d’items et poser devant soi. Prenez un jour le temps de sortir tous les pulls, tout le maquillage, les draps, les verres, les livres… Faites catégorie par catégorie ; à chaque jour son item ! Lorsque tout se matérialise devant soi, on prend immédiatement conscience de la quantité que l’on possède, de ce que l’on utilise vraiment, de ce qu’on avait oublié, de l’argent dépensé, etc.…

Croyez-moi, vous réfléchirez deux fois avant d’acheter cette 5ème paire de gants ou cette 35ème écharpe.

Et si l’envie est trop forte ?

Je fais souvent un truc : prendre l’objet en mains et continuer mon tour en magasin, sans y réfléchir vraiment. Je ne me précipite pas à la caisse.

Je vous assure que 9 fois sur 10 je repose l’objet en question. Je réalise que finalement il ne me plaît pas tant que çà, que je n’en ai pas envie, pas besoin…. Je fais exactement la même chose sur le net. Il m’arrive de remplir mon panier et puis… finalement je le vide car çà ne m’intéresse plus. Ils sont malins …. souvent les paniers se vident au bout de 20 min ; vous êtes donc en plus pressées (comme des citrons, hein?!) d’acheter, de céder rapidement. (il faudra que je fasse un article sur la pression qu’on peut ressentir à devoir acheter, non ?)

Le temps que vous prenez à ce moment-là est l’arme idéale contre la compulsivité, qui elle, a besoin de l’urgence pour agir.

Pou finir, (parce que j’ai encore beaucoup parlé ; mais ce sujet me tient tellement à cœur), je crois qu’à chacun des petits trucs que je viens de partager avec vous (et qui ont marché pour moi), il y a un point commun : le temps.

Le temps de se découvrir

Le temps de s’apprécier

Le temps de se pardonner

Le temps de flâner

Le temps d’analyser

Le temps de guérir

Prenez donc votre temps pour être bienveillante avec vous-même.

Publicités

5 réflexions au sujet de « Une ex-compulsive résiste aux envies d’achats: mes 5 trucs »

  1. excellent article ecris avec beaucoup de talent. C’est un vrai plaisir de vous lires. Min petit truc à moi c est le traker: un calendrier « no spend » ,chaque jour où je n ai pas dépensé je le coloris en vert. Du coup à chaque fois que je veux depenser je pense à mon coloriage « reussite ». Je ne sais pas si j aurais la force de sortir sans carte bleu… Merci

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.